Armoiries de Braine-le-Château

                                              Armes_1991_BLC
                                            Site du syndicat d'initiative
                                             Site des Francs Archers
                                                    
Site officiel
                                                       C.I.R.G.

                                 
"Ecartelé aux 1 et 4 d'or à trois huchets de gueules virolés d'argent, aux 2 et 3 d'argent à deux chevrons de sable".
Modification récente des armoiries (1991) en raison de la fusion avec Wauthier-Braine (1977). En 1 et 4, armes de la Maison de Hornes ; en 2 et 3, armes de l'ancienne abbaye cistercienne de Wauthier-Braine.

Braine-le-Château (ainsi qu’Haut-Ittre qui en constituait une sorte de dépendance) était compris dans l’antique dotation que le chapitre des chanoinesses de Mons dut à sa fondatrice Sainte Waudru (VIIème siècle).
C’est en raison de cette dépendance à l’égard du chapitre montois qu’à l’époque du morcellement de l’empire de Charlemagne, Braine-le-Château connut un sort différent des localités voisines : tandis que la plupart de celles-ci reconnaissaient la souveraineté du comte de Louvain, Braine-le-Château et Haut-Ittre restèrent soumis au comte de Hainaut qui s’était emparé de la dignité d’abbé ou de supérieur du chapitre de Sainte-Waudru.

          BLC__1764
            L'enclave du comté de Hainaut (détail d'une carte de 1764).

L’autorité des comtes de Hainaut et du chapitre de Sainte-Waudru était maintenue à Braine-le-Château par leurs deux vassaux principaux, l’avoué et le maire. Malgré les empiètements des avoués qui s’arrogèrent bientôt le titre de « seigneur » de Braine-le-Château, le chapitre de Sainte-Waudru y conserva toujours une seigneurie foncière, dite des Douaires, laquelle avait un maire, des échevins et le patronat de l’église.

En réalité, la localité ne connut qu’un seul maître, le seigneur (originairement avoué) qui était au XIIème siècle de la lignée des belliqueux sires de Trazegnies auxquels les chanoinesses de Mons avaient donné l’avouerie de Braine-le-Château pour la gouverner au nom du chapitre.

Succédèrent aux Trazegnies, Jean de Houdain et ensuite les Walcourt puis les Abconde. Tous ces seigneurs participèrent avidement aux guerres intestines de l’époque avec l’espoir d’agrandir leur domaine et d’étendre leur pouvoir au grand dam des populations locales.

Le dernier Abconde, Jacques, eut une vie particulièrement agitée et dut se résoudre à vendre Braine-le-Château (et Haut-Ittre) à Jean de Hornes, seigneur de Baucignies « par devant le bailli et les hommes de fief du chapitre de Sainte-Waudru ». L’acte de cession fut signé en l’hôtel de Bourgogne à Gand et est daté du 21 juin 1434. En même temps, Jean de Hornes acquérait le domaine de Gasbeek qu’il transmit avec  Braine-le-Château à ses descendants.
La fin du XVIème et le XVIIème siècle furent désastreux pour Braine-le-Château (destructions, pillages, exode de population). Le 1er avril 1668, les Français brûlèrent le château et le village.

Le 13 août 1666, Philippe-Eugène de Hornes ainsi que ses frères et sœurs vendirent Braine-le-Château (et Haut-Ittre) pour la somme de 70.000 florins à Jean-Philippe-René d’Yve, seigneur d’Ostiche. Toutefois, dès le 11 juillet 1670, on en opéra le retrait au nom de Lamoral Claude-François, comte de la Tour et Taxis et du Saint-Empire romain, grand maître héréditaire des postes, chambellan des empereurs Ferdinand III et Léopold I, et de sa femme Anne-Françoise de Hornes, l’aînée des sœurs du comte Philippe-Eugène, que le comte de la Tour et Taxis avait épousée à Braine-le-Château le 6 février 1650..

Maximilien-Charles de Tour et Taxis aliéna les biens de Haut-Ittre le 14 mai 1835 à M. Jean-Baptiste ‘t Serstevens pour la somme de 175.000 frs et ceux de Braine-le-Château le 28 du même mois au comte Eugène-Gaspar de Robiano pour 730.158 frs.  Les biens de la famille de Robiano ont été partagés entre les comtes Louis Cornet de Ways-Ruart et Ludovic de Meûs d’Argenteuil, héritiers de la comtesse Stanislas de Robiano par leur mariage ; ce sont les héritiers de Louis Cornet de Ways-Ruart qui sont, de nos jours, les propriétaires du vieux château féodal.

Sources :
- J. Kempeneers : Braine-le-Château en roman païs de Brabant - Duculot 1948 ;
- H. Meurant et J-L. Van Belle : Braine-le-Château et son passé - La Taille d'Aulme 1967.

----------------------------------------------------------------------------------

Plan du site

Parcours historiques :

I. Les chapelles et potales de Braine-le-Château.

II. L'abbaye cistercienne de Nizelles.

III. Les rives du Hain.

IV. La clé dans les armoiries de la commune d'Ittre.

V. L'église romane Saint-Laurent de Haut-Ittre.

----------------------------------------------------------------------------------